Cornélius en direct

Cornélius vous parle en long, en large, à tort et à travers.

Mizuki sensei

Brèves


Tournée de dédicaces Francis est papa

À l'occasion de la sortie du dernier tome de Francis blaireau farceur, intitulé Francis est papa, Claire et Jake sillonnent la France pour signer leur dernière progéniture. Pour ne ...

Pepito 2 - La préface

Pour ceux qui ont lu Pepito dans leur enfance, il est impossible d’oublier le royaume géométrique de Las Ananas et son équipe de corsaires plus prompts à se saoûler qu’à lutter contre ...

Fascicule Smart Monkey

Pour accompagner la sortie de la nouvelle édition de Smart Monkey de Winshluss, nous avons réalisé un fascicule de 16 pages qui contient la toute première version de cette histoire ...

Planning Angoulême 2017

Jeudi 26 janvier 17h-19h : Dédicace de Ancco (Stand Coréen - Pavillon Asie) Vendredi 27 janvier 10h30-12h : Dédicace de Benoît Preteseille (stand Cornélius - Nouveau monde) 13h-15h : ...

Exposition Regard 9 à l'Espace Saint-Rémi

Il vous reste encore une petite semaine pour visiter la belle exposition du Festival Regard 9 à l'Espace Saint-Rémi! Cette exposition consacrée aux auteurs Cornélius présente des ...

Résultat concours de la plus belle Nicole

Bonjour à tous! Un grand bravo à notre gagnante du concours de la plus belle Nicole: Lucie Dartois allias Valse Noire! Et un grand merci à tous les participants! Découvrez tous les ...

Concours de la plus belle Nicole

Hola les grouikos! C'est Nicole, votre bonne vieille copine! Parce que je suis géniale et généreuse, je vous offre la possibilité de gagner un exemplaire du dernier tome de Nicole (et ...

Planning Angoulême 2016

Jeudi 28 janvier 14H: Concert dessiné au théâtre avec Hugues Micol, Zeina Abirached, Alfred, Benjamin Bachelier, Richard Guerineau, Marcello Quintanilha, Dash Shaw et Bastien Vivès. ...

Vendetta

Ce week-end, ne ratez pas le festival Vendetta à Marseille, organisé par Le Dernier Cri, actuellement menacé par les blaireaux bruns de la région PACA. Le détail est ici. ...

Killoffer en direct !

Attention attention ! Ce samedi 5 novembre 2015 à 17 heures, Killoffer en personne — L'Homme/L'Auteur/Le Personnage — viendra visiter le librairie Mollat à Bordeaux pour une séance de ...

Preteseille chez Mollat

Ce samedi 5 janvier à partir de 16 heures à la librairie Mollat de Bordeaux, Benoît Preteseille viendra dédicacer ses ouvrages à l'occasion de l'exposition consacrée à sa maison ...

Dédicaces de Benoît Preteseille

Suite à la récente sortie de la bande dessinée Histoire de l'art macaque, son auteur, Benoît Preteseille, part pour une grande tournée de dédicaces. Et il ne fait pas les choses à ...

201512-Mizuki_v.jpgL’année 2015 aura été éprouvante pour chacun. L’insouciance est devenue rare; il semble maintenant que ce soit l’optimisme que l’on nous refuse. Puiser en soi la promesse d’un espoir, se détourner de l’accablement qui guette… J’en étais à cet exercice lorsque la nouvelle m’a atteint ce lundi 30 novembre au matin: Shigeru Mizuki était parti pendant la nuit.

Dans la tristesse qui accompagna ce réveil, je me suis laissé porter vers la mélancolie; un monde familier s’efface, des visages nous quittent, une génération d’auteurs disparaît petit à petit, entraînant autant de blessures inconsolables. L’accablement, pas loin.

Mes pensées se concentrèrent sur Mizuki. Sur la découverte de son œuvre lors d’un voyage au Japon, l’incrédulité face à la puissance d’un style mariant l’inconciliable — caricature et hyperréalisme, autobiographie et fantastique, humour macabre et exaltation de la vie. Je pensai encore à notre première rencontre et à la sympathie immédiate qui irradia de lui. Il amusait tout le monde, multipliant les blagues dans ces bureaux qui évoquaient plus un lieu familial qu’un espace de travail impersonnel. Longtemps nous avons discuté des yokaï et des esprits autour d’un bestiaire médiéval que je lui avais apporté. Il avait cette fraîcheur qui permet de tout imaginer. Au bénéfice du doute, laisser la place à l’invisible; accepter que l’irrationnel d’aujourd’hui n’est peut-être qu’un moment de l’histoire humaine; que d’autres mondes existent dans le clair-obscur des ruelles délaissées et dans la mousse humide des forêts. Tout en lui était une invitation à la curiosité et à l’imaginaire.

Pédalant pour me rendre au bureau en passant par les jardins, j’en revins à cette évidence qu’il y a dans la fascination de Mizuki pour la mort une réelle célébration de la vie, de la nature, de l’existence même, au sens atomique du terme. L’émotion qui m’avait saisi à la lecture de Mon copain le Kappa, tenait pour beaucoup dans cet art qu’il avait de mêler la faucheuse aux affaires les plus ordinaires du quotidien, une menace que les héros de cette chronique tiennent à distance par la dérision, la négociation et la simple volonté de vivre.

Des nombreux chapitres pénibles et extraordinaires qui ont jalonnés son existence, Mizuki semble avoir tiré une sagesse qui ne conteste rien de la gravité de nos destins tout en plaidant pour une légèreté de l’instant. Une philosophie simple et puissante, facile à énoncer mais si difficile à mettre en pratique. Elle est présente dans chacun de ses livres, sans ostentation, fil discret qui relie ses histoires les unes aux autres dans un ensemble impressionnant de cohérence.

Mizuki fut parmi les premiers au Japon à puiser ouvertement dans ses mémoires pour produire une bande dessinée faite de récit et de transmission (je renonce à utiliser le mot « témoignage » pour ne pas mêler Mizuki à la bande dessinée de reportage ou de confidence qui s’est développée ces dernières années en France). Il le fit d’abord avec des prête-noms, comme dans Opération Mort ou dans NonNonBâ, synthétisant avec génie deux moments-clefs de son existence, la tragédie de la guerre et la félicité de son enfance. Puis il revendiqua pleinement cet aspect autobiographique de son inspiration avec Vie de Mizuki, qui a réjoui et retourné tous ceux qui l’ont lu.

« La vie est au cœur de tout, et la mort n’est qu’une autre étape de la vie. Il faut tirer le meilleur du temps qui nous est donné ». Cette pensée irrigue comme une source une œuvre dont l’abondance ne compromet jamais la qualité. Il a su le faire, me suis-je dit, le revoyant souriant et comblé, en compagnie de sa femme, lors de son quatre-vingt-huitième anniversaire — deux fois le signe de l’infini.
Pensant à tout cela, je me suis senti mieux. Et lorsque je me suis installé à mon bureau ce matin-là, j’ai ressenti de l’admiration pour cet homme. Et plus encore, de la gratitude. Tout simplement.


201512-Mizuki2.png



Commentaires

25 déc. 2015 05:14

Bravo, ce billet est la énieme "nécro" que je lit sur ce monstre qui me fascine depuis bientôt 20 ans, et c'est la plus sensible et émouvante de toutes. L'occasion pour moi de te remercier de nous avoir permis de le découvrir avec les éditions a la hauteur de son talent que vous avez produits, très sincèrement. En lieu de condoléances, je préfère adresser mes félicitations pour avoir compris et accompagné cet enfant quasi centenaire dans nos librairies, et j'espère que sa disparition vas permettre de remettre ses ouvrages sur le devant des étals bien plus mérités que les blockbusters de noël. Qu'il devienne un esprit fort et farceur pour empêcher les enfants de répeter les sottises du passé !

Meko

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.