Cornélius en direct

Cornélius vous parle en long, en large, à tort et à travers. Le blog des Éditions Cornélius, maison d'édition française créée en 1991 et spécialisée dans la BD…

Mizuki à l’honneur

Brèves


Préface Red box

Publié en 1972, Red Box (Akai Hako) tient une place à part dans la bibliographie de Toshio Saeki. En 1969, il quitte Osaka, où il travaillait dans la publicité, et monte à Tokyo avec ...

Préface de Arnaud Labelle-Rojoux - Les Nouvelles aventures de l'art

Un titre épatant. On dirait du Tintin (on est d’accord, tout est formidable dans Tintin, sauf Tintin). Ou du Mark Twain. Aventure, le mot résonne frénétique. Poursuites, pièges, ...

Postface - Les fleurs rouges

A l'occasion de la parution des Fleurs rouges de Yoshiharu Tsuge, nous vous proposons ici la postface de l'ouvrage écrite par le traducteur de l'oeuvre, Léopold Dahan. C’est avec ...

Planning Angoulême 2019

Vendredi 25 janvier 11h / 12h30 : Dédicace Jake 14h / 15h : Dédicace Delphine Panique 15h30 / 17h : Dédicace Jérôme Dubois 17h / 18h30 : Dédicace Ludovic Debeurme Samedi 26 janvier 11h ...

Préface - Yoshihiro Tatsumi, l'humanisme sans illusions

En attendant la parution de Rien ne fera venir le jour de Yoshihiro Tatsumi qui sortira le 23 août, nous vous proposons de lire en exclusivité la préface de l'ouvrage écrite par ...

Planning Angoulême 2018

Jeudi 25 janvier 14h / 15h30 : Dédicace Singeon (stand Cornélius - Nouveau monde) Vendredi 26 janvier 11h / 12h30 : Dédicace Giacomo Nanni (stand Cornélius - Nouveau monde) 14h / 15h30 ...

Tournée de dédicaces Francis est papa

À l'occasion de la sortie du dernier tome de Francis blaireau farceur, intitulé Francis est papa, Claire et Jake sillonnent la France pour signer leur dernière progéniture. Pour ne ...

Pepito 2 - La préface

Pour ceux qui ont lu Pepito dans leur enfance, il est impossible d’oublier le royaume géométrique de Las Ananas et son équipe de corsaires plus prompts à se saoûler qu’à lutter contre ...

Fascicule Smart Monkey

Pour accompagner la sortie de la nouvelle édition de Smart Monkey de Winshluss, nous avons réalisé un fascicule de 16 pages qui contient la toute première version de cette histoire ...

Planning Angoulême 2017

Jeudi 26 janvier 17h-19h : Dédicace de Ancco (Stand Coréen - Pavillon Asie) Vendredi 27 janvier 10h30-12h : Dédicace de Benoît Preteseille (stand Cornélius - Nouveau monde) 13h-15h : ...

Exposition Regard 9 à l'Espace Saint-Rémi

Il vous reste encore une petite semaine pour visiter la belle exposition du Festival Regard 9 à l'Espace Saint-Rémi! Cette exposition consacrée aux auteurs Cornélius présente des ...

Résultat concours de la plus belle Nicole

Bonjour à tous! Un grand bravo à notre gagnante du concours de la plus belle Nicole: Lucie Dartois allias Valse Noire! Et un grand merci à tous les participants! Découvrez tous les ...

solangeJe profite de la sortie en librairie ce 31 octobre de Opération Mort de Shigeru Mizuki pour vous rappeler non seulement sa nomination dans la catégorie Patrimoine à Angoulême (on ne se lasse pas d’en faire l’écho !), mais aussi pour vous dire quelques mots sur la grande exposition que le-dit festival lui consacrera cette année.

couv

Shigeru Mizuki se définit lui-même comme un spécialiste des monstres et des esprits. Initié dès son enfance par une domestique appelée NonNonBâ (soit vieille femme religieuse, en japonais) aux mystères des esprits, il n'a depuis cessé de s'y confronter et de les faire vivre dans ses histoires. En 1943 pourtant, il se fait rattraper par l’histoire, mais cette fois-ci, celle avec un grand H. Il est mobilisé et part se battre dans le Pacifique. Fortement marqué par son expérience de la guerre (il y a perdu un bras), il écrira des bandes dessinées antimilitaristes dans les années 1960, comme Hai no ki (Journal de fuite). C’est dans cette mouvance que s’inscrit Opération Mort (Soin Gyokusai Seyo en VO, que l’on peut aussi traduire comme "Tout le monde doit combattre jusqu’à la mort").

extraits

Fin 1943, une troupe de l’armée impériale japonaise débarque sur une île du Pacifique. Les engagés (pour la plupart de jeunes recrues) font alors l’apprentissage de la survie dans cette contrée d’apparence paradisiaque. Et puis un jour, l’ennemi est là. Les combats qui se succèdent n’ont rien d’héroïque, ils s’imposent aux soldats résignés, finissant par devenir qu’un aspect d’une vie quotidienne dominée par la quête de nourriture; les hommes disparaissent un à un, c’est la guerre dans sa brutalité ordinaire. Les rares survivants ont plus à faire avec la faim et la maladie qu’avec l’ennemi, qui est une moins grande menace pour eux que les officiers lorsqu’ils se mettent en tête de “sauvegarder dignement l’honneur de l’armée et de la patrie”... En grande partie autobiographique, Opération Mort voit Mizuki déployer tout son humour et son art de la simplicité pour dépeindre avec une implacable vérité la guerre au quotidien. Un chef-d’oeuvre qui vous prend à la gorge et dit mieux que les discours mélodramatiques la bêtise universelle des va-t-en-guerre.

extraits

Le festival d’Angoulême accueillera donc une importante exposition monographique au sein du Manga Building sur plus de 200 m2, subdivisée en quatre espaces. La salle 1 retrace la vie et la carrière de Mizuki, via plusieurs focus sur des éléments marquants de son parcours - l'enfance, la guerre, ses débuts de dessinateur, ses voyages autour du monde. La salle 2 met en valeur sa série-phare, Kitaro. Les principaux personnages de la série seront présentés grâce à des statues grandeur nature, du "merchandising" et la reproduction de nombreuses illustrations. La salle 3 est une salle de projection. On pourra y suivre des extraits des différentes séries animées tirées de Kitaro, ainsi qu'une interview de l’auteur. La salle 4, enfin, sera réservée à une série de 55 estampes baptisée "la Route de Yokaïdô" (hommage en référence explicite aux "53 stations de la route du Tôkaidô", oeuvre majeure d'Hiroshige, célébrissime peintre japonais de la première moitié du XIXe siècle). Ces illustrations mettent en évidence la filiation de Mizuki avec l'art graphique traditionnel nippon.
En attendant de pouvoir vous approprier l’oeuvre du maître sur place, plongez-vous dans cet épisode incroyable de la guerre du Pacifique raconté avec justesse et drôlerie parfois, car comme le dirait l’auteur : Les morts n’ont jamais pu raconter leur expérience de la guerre. Moi, je le peux. Autant en profiter.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.